Et vous, quels plaisirs viennent délicieusement nourrir votre corps et votre cœur au quotidien ? Quelle place occupe le plaisir dans votre vie ?

 

Cachez ce plaisir que je ne voudrais voir…

Dans la majorité des sociétés occidentales, le plaisir est souvent associé uniquement à la sphère sensuelle/sexuelle, il est méprisé, culpabilisé ou qualifié d’immature, égoïste et immédiat, au profit du bonheur, extatique, profond et durable… Je m’inscris en parfaite opposition à cela ! Je ne suis en aucun cas « anti-bonheur », mais souhaite simplement redorer le blason du plaisir… Et, peut-être vous encourager à le picorer au quotidien, à en déguster les bouchers, à en sentir le frisson, en inhaler le parfum, et qui sait… ces instants de plaisirs, accumulés, pourraient bien être une des pierres importantes à apporter à l’édifice du bonheur.

Le plaisir, profondément sensoriel et incarné, est un élan vers la vie, un mouvement profondément naturel, et ce, dès notre venue au monde (et même dès la vie intra-utérine, selon certaines études). Il fait vibrer notre élan vital, sexuel et créatif !!! Y resté connecté est salutaire pour son équilibre ! Regardez un enfant s’étendre de plaisir sous une douce caresse, sourire en buvant son lait… Le corps se déploie, entre en expansion et se dilate littéralement (physiquement et énergétiquement) sous l’effet du plaisir. Nos cellules se gorgent d’ocytocine, d’endorphines,… de Joie et de Vie ! Le plaisir est très nourrissant et rassurant !

Rappelez-vous comment ces « menus » plaisirs ont pu jalonner votre vie, et quelle empreinte formidable ils ont encore aujourd’hui… Le premier bonbon, la sonnerie qui annonce la récréation, le parfum du gâteau qui cuit dans le four chaud, sauter dans une flaque de boue, sentir le sable s’égrainer entre ses doigts, la première gorgée de limonade un après-midi de chaleur, le bruit de la pluie qui tombe sur les feuille, trouver un trèfle à quatre feuilles, chanter à tue-tête dans les embouteillages, sentir sa main dans la vôtre, le parfum d’un être aimée qui vient vous chatouiller les narines, l’instant où vous vous installez dans votre fauteuil après une journée fatigante, la première bouchée de votre plat préféré, les première notes entendues d’un morceau que vous adorez et n’avez pas entendu depuis longtemps… Le plaisir est partout où on veut bien le voir, le sentir et le vivre ! Le cultiver, avec bienveillance et joie, prendre le temps de la créer, de le savourer…

Son empreinte peut être très forte, et sa répétition fait sa force ! La présence de plaisir ressenti régulier dans la vie (même les plaisirs les plus infimes) est corrélé avec des indicateurs de bonne santé, un bon moral, moins de stress et de douleurs corporelles, une meilleure écologie émotionnelle, une vie sociale plus satisfaisante, un sentiment d’épanouissement et de bien-être accrus…

Et cela peut s’apprendre à tout âge !

 

 

1 – Quelle place à le Plaisir dans ma Vie ? Comment je le ressens ?

  • Le Plaisir dans mon quotidien

Avant toute chose, un état de lieu très simple s’impose. Le plaisir est-il présent dans votre vie ? Comment ? En termes quantitatifs et qualitatifs ?

Sur une feuille, répondez aux questions suivantes :

  1. Sur le mois qui vient de s’écouler, quels ont été mes petits, moyens et grands plaisirs ?
  2. Sur la semaine qui vient de s’écouler ?
  3. Ces dernières 24 heures ?
  4. Quel type de plaisir (sexuel, physique, sportif, méditatif, gustatif, seul ou en groupe, chez soi ou en pleine nature…) ?
  5. Quelle durée ?
  6. Quel domaine (personnel, professionnel, amoureux, intime…) ?

Prenez le temps pour noter, même ce qui semble anecdotique, revenez-y. Cette étape est très importante, d’une part, car elle vous permet de prendre conscience de votre quotidien, et d’autre part, le plus important, elle vous permet de dresser une cartographie de votre fonctionnement face au plaisir, ce qui pourra vous orienter pour la suite de votre aventure…

Pour poursuivre cette cartographie, cette analyse de votre fonctionnement vis-à-vis du plaisir, allons au-delà des éléments factuels que nous venons d’examiner, pour plonger dans vos ressentis…

 

  • Mon vécu du Plaisir

Sur une nouvelle feuille, vous allez à présent noter vos ressentis dans une situation qui vous procure du plaisir.

Pour ce faire, prenez un temps pour vous installer confortablement, au calme, et fermez les yeux. Repensez à une situation qui vous a procuré un plaisir authentique. Si vous avez du mal à en trouver, imaginez une situation. Visualisez cette situation, prenez le temps de vous immerger dans vos sensations corporelles, mentales et émotionnelles.

Niveau corporel : Imprégnez-vous de ces sensations corporelles : que ressentez-vous dans votre corps, où, avec quelle intensité…? Vous sentez-vous léger, calmé, pétillant, ancré… Vos jambes sont-elles denses, souples…? Votre poitrine est-elle légère, vibrante…? Ressentez-vous une chaleur dans le ventre, les mains…? Comment est votre respiration ? Jusqu’où va-t-elle ? Est-elle ample, profonde, légère…?

Niveau émotionnel : Au niveau émotionnel, que ressentez-vous dans cette situation ? Avec quelle intensité ? Dans quel lieu du corps cette émotion prends forme, se déploie…?

Niveau mental : Quelles sont vos pensées à ce moment-là ? Quelle est votre image de vous-même ?

 

Vous avez à présent des éléments vous permettant de savoir où vous en êtes avec la Plaisir, aux niveaux factuel, corporel, émotionnel et mental. Avoir une vision globale de votre fonctionnement actuel vous permettra de savoir sur quel levier intervenir pour faire évoluer votre situation et votre relation au plaisir.

A présent, passons aux choses sérieuses… Quels sont vos freins au Plaisir ?

 

2 – Mes freins au plaisir

Allons encore plus en profondeur… Qu’est-ce qui m’empêche, au quotidien, de multiplier les instants de plaisir, si naturels et allant dans le sens de la Vie ? Qu’est-ce qui vient saper mon plaisir ? Me couper l’herbe sous le pieds…?

Bien souvent, à l’origine de ces freins et de cette « impuissance au plaisir », se trouve des schémas que nous avons appris de notre environnement, au cours de notre histoire. Ces schémas que l’on a intégré peuvent venir (principalement) de notre environnement familial, mais également de l’environnement sociétal et culturel dans lequel on vit. Ces schémas mentaux, ces injonctions au non plaisir, ou à la culpabilité du plaisir, entraînent des empreintes corporelles et émotionnelles fortes. Tellement fortes que le schémas peut sembler être une vérité absolue… Le piège peut alors se refermer…

La première étape est ici de lister l’ensemble de ces schémas, toutes ses pensées négatives qui sont pour vous associées au plaisir. Prenez le temps de les lister sur papier, et de noter, pour chacune, votre degré de conviction et ce qu’elles gérèrent comme ressentis et sensations.

Voici quelques exemples d’injonctions au non plaisir que l’on retrouve souvent :

  1. Le plaisir se mérite !
  2. Le plaisir est illusoire et immature
  3. Le plaisir a un prix !
  4. Le plaisir, je n’ai pas que ça à faire !
  5. Je culpabilise de pouvoir prendre plaisir…

Prenez le temps de les regarder avec bienveillance, de ne pas les juger, ou vous juger…

Commencez à vous dire qu’ils ne vous appartiennent pas, et surtout, qu’ils ne vous sont pas/plus utiles.

 

3 – Envisager le Plaisir dans votre vie

  • Méditer le Plaisir pour l’incarner

Prendre un temps, seul et au calme, pour être dans la pleine conscience de son corps est une très belle entrée en matière pour « réveiller les circuits et mémoires » du plaisir en Soi.

Pour cela, plusieurs options sont envisageables.

Au préalable, pour une connexion optimale à ses sensations, ses besoins et envies, je vous invite à retrouver votre souffle et votre ancrage : c’est la base incontournable !

Ensuite, prenez le temps de vous replonger dans une situation vécue de plaisir, même très simple ou « anecdotique » (un souvenir, un met que vous appréciez, votre rire, un massage, un lieu…) : commencez par fermer les yeux, entrer en vous, approfondir votre souffle et vous déposer. Poursuivez en vous mettant à l’écoute de vos sensations. Projetez-vous ensuite dans la situation choisie et ressentez-en les bienfaits dans votre corps, vos 5 sens, votre mental, vos émotions…

Pour vous accompagner, je vous propose un voyage au cœur de votre Paradis Intérieur, mais vous pouvez suivre cette proposition tout en changeant la situation (un moment entre amis, une balade en nature…)

Je vous conseille de réaliser cette méditation, cette exploration corporelle, ce réveil des sensations endormies de Plaisir, au moins 3 fois sur une semaine, et idéalement 3 jours consécutifs.

 

  • Aphrodite, où es-tu ?

Une méditation pour déployer l’Aphrodite en vous, Déesse de l’Amour et du Plaisir dans toutes les sphères de la Vie apporte un énorme bienfait !!!

Nous portons toutes en nous ces archétypes Féminins inhérants aux différents Panthéon, ils sont dans les mémoires corporelles de toutes les Femmes, et il est bon de les réactiver ou les déployer !

Pour ce faire, procédez de la même manière que précédemment : respiration, ancrage, avant de vous centrer sur Aphrodite et ce que vous en ressentez (sans connaissance particulière, sans jugement, en accueillant simplement votre savoir intérieur).

Il est ici aussi important de noter ce que cela éveille de positif (envie de jouir de la vie, danser, pétiller…) que de plus désagréable (et qui ne sont alors que des pensées ou des freins à travailler, comme par exemple : Aphrodite est vulgaire, lascive, trop épicurienne…).

Le grand avantage de cette immersion dans votre Aphrodite est qu’elle vous en dira autant sur vos voix de plaisir dans votre quotidien (vos envies, ce qui vous nourrit…)… que sur vos freines à cela ! Précieux, donc… Très précieux…

 

4 – Ma liste des Plaisirs…

A présent, passons à l’action, ou, tout au moins au concret !

Prenez un temps au calme, des feuilles, des papiers et commencez, sans vous censurer et de manière la plus automatique et intuitive qui soit, à lister TOUT ce qui vous apporte du plaisir !

N’oubliez rien, du plus grandiloquent au plus futile, du plus durable au plus éphémère.

Attention, il est important de noter ce qui vous apporte du plaisir à vous, et de vous à vous ! Il ne s’agit pas de dire ‘j’aime quand mes enfants sont heureux »… Même si cela peut bien évidemment être formidable, demandez-vous ce qui vous fais plaisir à vous, dans votre relation à vous-même…

Si cela vous aide, vous pouvez :

  • Lister les plaisirs par catégorie : plaisir du corps, plaisir sensuel et sexuel, plaisir du cœur, plaisir du mental…
  • Noter pour chacun leur degré de satisfaction pour vous et la facilité de mise en oeuvre
  • Sélectionner ensuite les 10 les plus forts

Vous pouvez ensuite réaliser avec ces plaisirs un tableau de visualisation, sur lequel vous notez des mots, collez des images… pour avoir en vue au quotidien ce qui est important pour vous ! Le cerveau et le corps raffolent de ces petits messages…

 

5 – On passe à l’action :

  • Un plaisir par jour… minimum !

Commençons la rééducation cérébrale et corporelle au Plaisir… En nous accordant un plaisir par jour ! Oui, un par jour, et ce n’est pas négociable…

Ce n’est pas négociable, en particulier quand vous vous dites : que vous avez autre chose à faire, que ce n’est pas important, que d’autres choses sont prioritaires, que vous n’avez pas le temps, que ça ne sert à rien… C’est dans ces moments-là que vous avez le plus besoin de plaisir… Et, non, je ne vous crois pas quand vous me dites que vous n’avez pas UNE seule minute à vous consacrer pleinement dans la journée… Une minute, c’est possible !

Cette pratique du Plaisir est à prendre comme un jeu, un réapprentissage de l’Amour de Soi, de l’estime de soi… Et, n’oublions pas que c’est pas le corps que l’on apprend, alors, incarnons le plaisir !!! Vivons-le pleinement !

 

  • Le journal du plaisir !

Pérenniser le Plaisir au quotidien est CAPITAL ! Comme toute pratique au quotidien (méditation, sport…), cela demande un minimum d’engagement, un engagement envers soi-même… Le respect de se dire : tu est tout à fait digne d’avoir une vie plaisante.

Vous pouvez donc mettre en place un journal, un cahier ou même une grande feuille au mur, sur quoi vous allez noter au quotidien vos plaisirs. Les noter n’est pas futile… Cela permet d’ancrer votre pratique, de vous en souvenir, de réactiver ces moments… Bref, un excellent outil de « rééducation au Plaisir » !

 

Dites-moi un peu, par quel Plaisir allez-vous bien commencer…?

Et, surtout, n’ayez pas peur de devenir accro… Votre famille, votre chéri(e), vos enfants, vos collègues… ont besoin de personnes qui pétillent, qui assument qui elles sont et osent rayonner la joie !!! Être connecté, par le plaisir, à son élan vital, créatif et sexuel est fondamental…

Alors, si vous montriez l’exemple ?