Elles ont creusé, gratté la Terre. Avec lenteur, profondeur et une puissance inébranlable, Elles ont émergé de son Ventre Brûlant. Emergé d’elles-mêmes. En silence.

Une à une, avec patience et dévotion, Elles ont pansé des millénaires de blessures au plus intime, léché leurs plaies du Corps et du Cœur. Elles ont saigné, pleuré, ri.

De murmures et cris de souffrance et de plaisir, de repos en élan sauvage, Elles ont retrouvé leur Voie/x. Souffle après souffle, lettre après lettre, cri après cri, chant après chant, danse après danse… Sans relâche.

Une résurrection… Sortir de Terre, s’Accoucher à nu.

Elles, les Femmes Déesses au Ventre Rubis.

Prêtes, enfin, à Initier le Monde… Elles savent que c’est maintenant, que l’instant est venu. Ce qui a été n’est plus. Éblouissantes de confiance, écarlates d’Espoir, Félines et Déterminées, elles sont là.

Elles rayonnent, palpitent, dégoulinent de Vie, de Sensualité et d’Amour. Elles embaument le Sacré à des siècles à la ronde, dans une grand « OUI » extatique aux flots de la Vie. Debout, sublimes dans leur Puissance Ondulante, Envoûtante, Charnelle. Prêtes à Embrasser, Embraser le Monde… C’est déjà là.

Elles SONT.

 

Ils ont creusé aussi, tendu leurs mains, offert leurs Cœur. La vulnérabilité s’est faite Puissance, Vitalité, Joie, Eclat d’Om. La colère s’est faite Paix.

Là encore, les larmes et les armes ont coulé, les cuirasses sont devenues Peau dans une transmutation profondément émouvante, intensément authentique. La douleur, la chair qui s’assouplit, se nettoie. Reprend sa pulsation Originelle…

Un retour, une rédition à sa délicieuse Vérité. Enfin, le Repos, la Calme, la Densité du Soi. Et le mouvement, le pas, outrageusement assumé, souple et lent.

Eux, les Hommes Dieux à la Peau d’Or.

Revenus de contrées arides et sans pitié. Nés à leur propre Splendeur. Dans un Souffle qui anime le Monde et réjoui la Terre. Elle retrouve ses Fils, enfin… Une brise qui soulève, qui surprend, qui fait frisonner l’Univers…

Prêts à Incarner leur Puissance, leur Rugissement de Miel, leur Caresse profonde.

Prêt à Être, seulement Être, avec toute la Superbe qui se déploie de leurs Corps assouplis, soutenants et enveloppants. Ils s’aiment, ils s’en souviennent à présent…

Leurs veines pulsent d’une envie de vivre, d’unir, d’étayer, de propulser,…

Ils SONT.

 

Un chemin commun, au final… Un retour à Soi, profond, intense, sans concession pour sa Liberté et sa Jouissance. Hors du Temps et de l’Espace, hors des millénaires, hors de tout, et pourtant au plus Intime de Soi. Et pourtant, à l’Essentiel…

 

Et, se (re)trouver. L’An dans l’Autre, l’Un avec l’Autre, l’Un comme l’Autre… Alchimiser l’Un, l’Une. C’est bon, c’est doux, c’est fort… C’est bouleversant, profondément, à jamais… Rien n’est avant, rien n’est après. Ils et Elles SONT. UN.

Un… Un Souffle, Un mouvement, Un cri, Un chant, Un corps, Un cœur, Un élan… Se fondre parfaitement, se couler dans l’Un, émerger du Soi… Le Ventre Brûlant, le Souffle profond, la Poitrine gonflée et les Lèvres ouvertes aux flots extatiques de la Vie…

 

Ils et Elles ne sont déjà plus… Eux, sont là…

 

Alors, réjouissons-nous…