Non, respirer n’est pas juste gonfler rapidement sa poitrine pour assurer la survie de son corps… respirer est un mouvement global et profond qui engage le corps tout entier.

Je vous propose ici des exercices vraiment très simples qui vous permettront de comprendre et surtout sentir le mouvement naturel de la respiration.

Mais, avant de commencer, quelques explications. Regardez un bébé respirer, en particulier pendant son sommeil. Voyez comment l’ensemble de son corps est mobilisé, à quel point il est actif. Sa respiration est calme, ample, profonde et lente. Voyez comment son corps semble se soulever à l’inspiration et se rétracter à l’expiration.

Il s’agit là de la clé : la respiration est un mouvement d’expansion/rétraction, à tous les sens du terme. A l’inspiration, l’air entre dans les poumons et vient nourrir le corps, qui s’ouvre au monde ! A l’expiration, l’air usagé ressort et le corps rerentre en lui-même, comme une sorte d’introversion.

Et c’est tout le corps qui s’unit à ce mouvement de vie ! Prenez une grande inspiration, en exagérant un peu l’amplitude. Si cela vous aide, fermez les yeux pour mieux percevoir ce qui se passe. Sentez comment votre poitrine puis votre ventre se gonflent, et comment cela entraîne votre poitrine vers l’avant. Sentez aussi comment votre tête va légèrement en arrière, comme pour ouvrir encore plus le passage de votre gorge. Senez enfin comment votre bassin roule et s’ouvre, comme si vous vous cambriez légèrement. Voilà une inspiration complète. Le corps entier semble comme faire un arc orienté vers l’extérieur, vers le monde !

A présent, expirez tout aussi profondément, comme pour vider l’intégralité de l’air de vos poumons. Sentez comme votre ventre se creuse, comment vos poumons se rétractent, et votre dos se courbe légèrement. La tête semble sensiblement entraînée par le dos, vers votre poitrine. Votre bassin roule aussi subtilement vers l’intérieur.

Votre corps sait respirer de cette manière, naturellement. D’ailleurs, dans des situations particulières de vie quotidienne, vous pouvez retrouver ce mouvement, de manière accentuée. Par exemple, quand vous êtes essoufflés, quand vous vivez une joie intense, ou quand vous vous sentez profondément détendus !

Dans le quotidien, ces mouvements sont plus subtils, mais ils sont censés être permanent. Or, un stress, un peu de fatigue, le besoin de moins ressentir ces émotions… sont autant d’éléments qui réduisent notre respiration à son minimum. Là où respirer devrait être un mouvement entier de connexion à la vie et à soi, il devient souvent un simple réflexe.

Voici donc quelques exercices simples pour commencer à sentir cela… Prenez donc un vrai moment pour vous !