PAUSE !!! Arrêtez-vous ! Là, immédiatement, tout de suite…! Si, si, si… Oui… C’est bien… J’ai votre attention à présent ? Votre pleine attention ? Alors, écoutez…

  • Respecter son rythme intime…

Cela ne vous aura certainement pas échappé, nous sommes en hiver. Et, l’hiver, ce n’est pas une date, une météo… C’est une Energie. Une énergie qui invite à ralentir, au repos, à l’entrée profonde en soi, à l’hibernation totale ou partielle… Et, souvent, nous oublions d’écouter ce rythme si fondamental, si évident pourtant. Le rythme de la nature, donc, le nôtre… Aurions-nous oublier que nous sommes des mammifères ? Que nous sommes issus et part de la Nature ?

Pourtant, vous sentez bien cette langueur hivernale en vous… Cette douceur qui vous enveloppe, ce dépouillement, cette solitude, cette obscurité… C’est aussi la fin d’un cycle, le début d’un cycle, la notion de mort. Pour renaître pleinement à Soi. C’est un temps d’introspection, de tri, de retour à l’essentiel, à la moelle de sa Vie. En hiver, la Nature se repose, après s’être dépouillée de ce qui ne lui était plus nécessaire. Elle se repose mais ne meurt pas, ne dort pas, mais ce centre sur son élixir de Vie, gorge ses cellules de force.

De même, nous sommes aussi ce mouvement, hiberner pour nourrir les profondeurs, l’essentiel, rassembler, unifier, accepter, mûrir… et préparer le printemps… Au niveau périphérique, l’hiver ressemble à un arrêt, mais au niveau cellulaire et intime, il travaille en profondeur…! Et ce repos est nécessaire pour que chacune de nos cellules puisse pleinement s’exprimer, se gorger de sève…

 

  • Les « Temps de Rien »

Ce que j’appelle les « Temps de Rien » sont ici fondamentaux : prendre des moment, en conscience, douceur et lenteur, pour ne strictement rien faire, dans le silence. J’insiste : strictement rien faire. Chacun de ses trois mot est important… Le silence…

Donc, un Temps de Rien = Ne rien faire + Silence. Plutôt simple…

Certes, cela peut confronter à des schémas en nous… Rien faire, c’est perdre du temps, on s’ennuie, le mental s’emballe… Et bien, en réalité, rien faire, c’est faire un travail intérieur et cellulaire potentiellement colossal. Il s’agit simplement de s’offrir un temps où le peut (enfin !!!) se concentrer sur ses besoins et non gérer des actions à la chaîne. Ainsi, tout peux se poser et revenir à l’essentiel et les besoins « de base » du corps. Le Temps de Rien, c’est aussi le silence. Le silence à tous les niveaux : pas de bruit (musique…), pas de mouvement, pas de parole, pas de stimulation (écran, livre…).

Attention, je ne suis pas en train de vous dire de prendre 3 mois sabbatiques et d’aller vivre dans les bois… Mais simplement, au quotidien, de sentir l’hiver, son appel, son Energie. De vous mettre à son (votre) biorythme, et d’en explorer le plein potentiel… notamment en terme de révélations et connaissance de vous-même, par la reliance à vos besoins réels et profonds.

Accepter aussi de prendre (et non perdre…) du temps pour vous sentir mieux ensuite… Plus en forme, plus centré…

Voici quelques idées en ce sens…

 

1 – Ecoutez vos besoins et envies

Prenez simplement un temps, seul et au calme, pour lister vos envies. Notez tout ! De ce qui vous semble anecdotique à l’essentiel. Prenez vraiment le temps. Un temps de méditation, de repos du corps est idéal pour vous « mettre dans l’ambiance ». Prenez conscience de votre et ralentissez-là… Comparez ensuite cette liste à votre quotidien. Que pouvez-vous faire immédiatement pour vous rapprocher au maximum de cette liste.

 

2 – Ralentissez et observez en vous

Si le « Temps de Rien » vous paraît trop compliqué, confrontant à mettre en place d’emblée, prenez quelques minutes dans votre journée pour tout (oui, oui, tout !) faire au ralenti.

Commencez par ralentir votre respiration : elle est un indicateur fondamental qui indique à votre corps comment vous vous sentez. Impulsez la lenteur dans votre souffle, la légèreté. Au calme, prenez simplement conscience de votre souffle, puis, laissez votre corps se déposer, et, enfin, commencer à ralentir le rythme, la force, l’intensité de votre respiration? Goûtez vos sensations…

Puis, insufflez cette lenteur dans tout ! Marcher, faire un geste, boire, parler, respirer… Faites tout au ralenti et observez vos ressentis… Vous vous sentez bien ? Continuez ! Vous vous sentez nerveux ? Vous en avez encore plus besoin… Faites des allers-retours entre votre respiration quotidienne ralentie.

 

3 – Mettez en place des « Temps de Rien » quotidiens

Chaque jour, prenez un temps (quelques minutes suffisent, et, si, vous les avez…!). Posez-vous, seul, dans un endroit confortable, sans trop de lumière, sans bruit. Installez-vous confortablement (prévoyez une petite couverture) et : ne faites rien ! Ralentissez votre respiration à un niveau doux et moelleux, ne faites plus aucun mouvement, ne parlez pas, laissez vos yeux au repos. Revenez à votre respiration si vos pensées cavalent… Et… profitez ! Laissez votre corps et vos cellules accomplir leur mission ! Notez vos ressentis, les besoins qui émergent… N’ayez aucune intention, sinon celle du rien…

 

Je vous assure que vous y prendrez vite goût !

Alors, quand allez-vous prendre le temps de ne rien faire ?